Agrandissement d’une maison, les erreurs à ne pas commettre

Besoin d’espace supplémentaire vous ne voulez pas déménager toutefois ? Des mètres carrés en plus, cela vous dit ? L’agrandissement reste une option intéressante. Voici les erreurs à éviter lors de l’agrandissement de maison.

Ne pas bien choisir sa solution d’agrandissement

Une erreur lors du choix de la solution d’agrandissement pourra vous coûter cher. Pour faire le bon choix, tenez compte de vos besoins, de l’utilité de l’extension, des caractéristiques de votre maison, des contraintes du lieu et de l’urgence de votre situation (certes, si vous voulez bénéficier d’une pièce en plus en moins de 3 mois, vous opterez pour une solution d’agrandissement plus rapide). Définissez préalablement vos envies, vos attentes et surtout les priorités. Bien entendu, seul un professionnel saura vous conseiller la meilleure solution. L’intervention de professionnels reste d’ailleurs la garantie d’une extension parfaitement cohérente avec votre habitat.

Agrandissement d'une maison, les erreurs à ne pas commettre

Procédez aux travaux d’agrandissement sans tenir compte des démarches légales exigées

Négliger les démarches administratives lors de l’agrandissement de sa maison ? C’est une grave erreur ! Avant de procéder à quoi que ce soit, pensez à regarder le PLU (plan local d’urbanisme) de votre commune). Sachez que pour les projets d’agrandissement en zone urbaine régie par un PLU, une déclaration préalable de travaux est requise pour les extensions en bois entraînant une surface habitable entre 5 et 40 m² (après les travaux) ainsi que les extensions en L. Un permis de construire sera nécessaire dans le cas d’une extension en bois, en parpaing ou en moellons entraînant une surface habitable de plus de 40 m². Pour obtenir ce permis de construire, une étude thermique s’impose. Et prenez note que si votre projet d’agrandissement entraîne une surface habitable de plus de 150 m², vous devez faire appel à un architecte lors des travaux.

Lorsque les travaux d’agrandissement sont achevés, vous devez bien entendu remplir une déclaration d’achèvement de travaux (DAACT). En outre, n’oubliez pas de demander une attestation de non-contestation aux services de l’urbanisme.

Ne pas informer son voisinage

En informant votre voisinage de votre projet et démarche d’agrandissement, vous prévenez les problèmes relationnels et juridiques. Bien évidemment, vous devez savoir et respecter les règles fixées par le PLU concernant le droit de propriété (à propos la distance entre vos nouvelles fenêtres et la limite de propriétés de vos voisins par exemple).

Réaliser l’extension sans prendre compte de l’existant

Retenez ceci : que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur, l’extension ne doit être en aucun cas pensée comme une partie non dépendante et sans liaison avec l’existant. Une certaine harmonie doit être au rendez-vous pour un confort optimal, mais aussi pour des raisons esthétiques. Aussi, il est indispensable de tenir compte de toutes les pièces existantes, mais aussi de la façade de la maison.

Ne pas procéder à une étude de sol

Le saviez-vous ? Une étude de sol est obligatoire lorsque les travaux d’agrandissement impliquant la création de fondation. En permettant l’identification des conditions de stabilité du sol, l’étude en question reste indispensable pour assurer la longévité et la sécurité de l’ouvrage. Outre l’étude de sol, l’étude de l’orientation et de l’implantation de l’extension est essentielle. N’oubliez en aucun cas qu’un projet d’agrandissement doit être pensé et réalisé en fonction de son environnement. En effet, ce n’est de cette façon que vous pouvez avoir la garantie d’une maison agréable à vivre, d’un confort optimal et surtout d’une économie d’énergie significative.

Ne pas bien estimer le budget nécessaire

Bien entendu, le coût dépendra de l’ampleur des travaux d’agrandissement. Dès le départ, vous devez bien estimer le budget. Des artisans confirmés peuvent vous orienter vers la meilleure solution d’agrandissement en fonction de votre budget. Peu importe la solution de votre choix, pensez à prévoir plus côté budget pour mener à bien et à terme votre projet.

Ne pas bien choisir les matériaux

Quelle que soit la solution d’agrandissement de votre choix, différentes options s’offrent à vous côté matériaux. Pour faire le bon choix, pensez à bien étudier les caractéristiques et donc les atouts et les inconvénients de chaque matériau. Idéalement, dites oui à des matériaux plus respectueux de l’environnement, sains et surtout avec un meilleur rendement énergétique. L’aspect esthétique doit figurer également parmi vos critères de sélection. A savoir que dans un souci écologique et de réduction de la consommation énergétique, la réglementation thermique impose certains matériaux plutôt que d’autres.